mardi 3 octobre 2017

Mercy Thompson Tome 2 : Les liens du sang.

"Grâce à la science, les bûchers de sorcières, ordalies et autres lynchages publics appartiennent au passé. En contrepartie, le citoyen modèle, rationnel et respectueux de la loi, n'a pas à s'inquiéter des créatures qui errent dans la nuit. Je voudrais parfois être l'un de ces citoyens modèles..." La mécanicienne auto Mercedes Thompson a des amis un peu partout... y compris dans des tombeaux. Et elle doit une faveur à l'un d'entre eux. Pouvant changer de forme à volonté, elle accepte de prêter main-forte à son ami vampire Stefan pour remettre un message à un autre mort-vivant. Mais ce vampire inconnu est loin d'être ordinaire... tout comme le démon qui le possède.

-----------------------------------------------------------------

C'est toujours avec un grand plaisir que je retrouve Mercy pour de nouvelles aventures. Vu la couverture et le résumé, vous l’aurez deviné, ce tome traite principalement des vampires ! Les vrais !
Les bons vieux cadavres sanguinolents et terrifiants !

L'histoire commence avec une Mercy se remettant à peine de sa précédente aventure. Un peu déboussolée – entre son rapprochement avec Adam et son nouveau colocataire et ex, Samuel – Mercy tente, tant bien que mal, de reprendre une petite routine bien méritée, évitant soigneusement les deux loups dominants qui se disputent ses faveurs. Une véritable guerre froide entre ces deux là ! Heureusement, l'intrigue ne se résume pas à ce triangle amoureux et rapidement, Stefan, notre vampire favoris, fan de Scoobidou, entre en jeu.
Souvenez-vous bien de la précédente aventure de Mercy car – comme dirait Antoine Daniel – TOUT EST LIÉ !
En effet, Stefan rappel à son amie marcheuse qu'elle lui doit un service. Ni une, ni deux, elle part donc en mission pour aider le vampire à résoudre un mystère mettant en danger l'essaim tout entier et risquant de révéler au public l'existence de créatures bien plus dangereuses que quelques « gentils » faes et des loup-garous héroïques et serviables.
Vous l'aurez deviné, notre coyote se retrouve face à un danger bien trop grand pour elle, ce qui ne l'empêche pas de se lancer dans la bataille pour protéger ceux qui lui sont chers.
Tous crocs dehors !

On retrouve une Mercedes se battant contre ses sentiments, contre son envie de lâcher prise devant certaines personnes. Elle est forte, courageuse et indépendante et souhaite le rester, quitte à perdre quelques chose de bien plus important pour elle. J'ai beaucoup aimé la voir évoluer au fil des pages. Mercy change après chaque épreuves, apprends de ses erreurs, tout en restant fidèle à elle-même. Ce qui en fait un personnage réellement attachant.
Les loups sont beaucoup moins présents dans ce tome mais Adam, Samuel et quelques autres sont tout de même de retour, pour notre plus grand plaisir ! J'ai également beaucoup aimé Ben, un personnage au portrait très négatif dans le premier tome, que l'on apprend à connaître, et à apprécier.
Au fil de l'histoire, nous faisons la rencontre de divers vampires de l'essaim et apprenons sa hiérarchie. Tous ces nouveaux personnages, détestables au possible et parfois terrifiants, ont rendus Stefan encore plus attachant qu'il ne l'était déjà. J'adore vraiment ce personnage totalement décalé et, pourtant, étrangement charismatique.
On a envie de faire un tour dans son scooby vanne !


C'est sans nul doute l'aventure de Mercy qui m'a le plus fait peur. Certains passages sont tout bonnement terrifiants et/ou dérangeants ! Ce qui n'a pas rendu ma lecture moins agréable, au contraire ! Patricia Briggs à su marier avec brio son humour et sa légèreté avec une ambiance bien plus sombre et dangereuse.
J'ai hâte d'embarquer pour le tome 3 et d'en découvrir plus sur... Zee !
Vive les vieux ronchons !

dimanche 17 septembre 2017

Mercy Thompson Tome 1 : L'appel de la lune


" Les loups-garous peuvent être dangereux si vous vous mettez en travers de leur chemin. Ils ont un talent extraordinaire pour dissimuler leur véritable nature aux yeux des humains. Mais moi, je ne suis pas tout à fait humaine. " 

En effet, Mercy Thompson n'est pas une fille des plus banales. Mécanicienne dans le Montana, c'est une dure à cuire qui n'hésite pas à mettre les mains dans le cambouis et à sortir les griffes quand le danger frappe à sa porte. Mais ce n'est pas tout : son voisin très sexy est le chef de meute d'une bande de loups-garous, le minibus qu'elle bricole en ce moment appartient à un vampire, et la vieille dame très digne qui lui rend visite vient jeter des sorts sur son garage. Au cœur de ce monde des créatures de la nuit, Mercy se trouve mêlée à une délicate affaire de meurtre et d'enlèvement...

-----------------------------------------------------------------

La première fois que j'ai lus ce livre, je n'étais pas réellement enthousiaste. On m'avait offert le tome 1 alors que la folie Twilight rendait les fillettes hystériques et autant vous dire que, Twilight, je n'ai pas DU TOUT accroché. C'est donc avec réticence que j'ai ouvert ce roman, décidant tout de même de faire l'effort de lire ce que l'on m'avait gentiment offert. J'ai tout de suite accroché ! Je ne regrette absolument pas de m'être lancé dans cette aventure aux côtés de ma coyote préféré !
Et de ses copains loups-garous !

J'ai trouvé le style de Patricia Briggs – plutôt simple et contemporain – très agréable à lire. L'emploi de la première personne du singulier m'a tout d'abord déroutée, mais finalement, je me suis laissée happer par l'histoire, me mettant rapidement et facilement à la place de Mercy. Mon mari, en revanche, a eu plus de mal à se mettre dans la peau d'une femme, ce sera donc à vous de voir si ce style vous convient.
L'histoire se met en place doucement, prenant le temps de bien placer le décor pour que le lecteur ne soit pas largué une seul minute. On découvre donc un monde où se côtoient – sans le savoir – humains et autres créatures mystérieuses. Un monde où certains faes ont fait leur coming out, dévoilant par la même occasion l'existence de la magie et du danger. Seules les créatures les plus inoffensives ont été montrées au public, mais la révélation des autres « races » ne saurait tarder.
C'est dans cette ambiance tendue que Mercy rencontre un jeune loup-garou solitaire, fuyant un danger inconnu. Décidée à l'aider, la mécanicienne se verra embarquer dans des conflits qui la dépasse, au milieu des loups-garous, des vampires et des sorcières. L'intrigue est totalement addictive et la conclusion pleine de surprise ! Le tout est ponctué par beaucoup d'humour et quelques touches de romance.
Et des bisous poilus.

J'adore Mercedes ! Elle est forte, juste, intelligente et impertinente. Elle a un don incroyable pour se fourrer la tête la première dans les ennuis, au grand dam de ses amis. Elle est également indépendante, ce qui ne plaît pas du tout à sa famille d'adoption : les loups-garous, être affreusement territoriaux et possessifs. Tout cela la rend terriblement attachante et drôle.
Elle aime particulièrement enquiquiner Adam, l'alpha de la meute locale. En bon loup-garou, il aime avoir le contrôle, même s'il a parfois du mal à garder son calme. Militaire de carrière, il est également droit et avec un fort instinct de protection. Lui et Mercy passent leur temps à ce chamailler, malgré les efforts de la pétillante Jesse, fille d'Adam, qui s'amuse à jouer les entremetteuse.
Mercy peut aussi compter sur Stefan, un vampire fan de Buffy et possesseur d'un magnifique Vanne aux couleurs de scoubidou ; Zee, l'ancien patron de Mercy et Fae puissant ; Samuel, son ami d'enfance et première amour ainsi que toute une flopée d'autres personnages, plus ou moins importants, mais toujours marquants.
Sans oublié Médée, le seul chat acceptant toutes ces dangereuses créatures.


Avec Mercy, Patricia Briggs a sut créer tout un univers où la magie serait réelle, où les créatures de la nuits, les faes et les humains se croisent sans se voir, où le danger est partout sans que personne ne le sache.
L'auteur s'est approprié les folklores de divers pays, les remaniant à sa sauce sans pour autant renier leurs origines. Ici, les loups-garous et les vampires sont de véritables prédateurs mortels, les faes cachent leur apparences horrifique sous leur « glamour » et chaque factions possèdent une hiérarchie strict, qui leur ai propre.
Un véritable petit bijoux de l'urban fantasy (bit-lit), que je vous conseil fortement !
À ajouter sans hésitation à votre bibliothèque !

jeudi 14 septembre 2017

Mercy Thompson : Retour aux Sources


« Les loups-garous peuvent être dangereux si vous êtes sur leur chemin. Ils ont un talent extraordinaire pour dissimuler leur véritable nature aux yeux des humains. Mais moi, je ne suis pas tout à fait humaine. »
Mercy Thompson n'est pas une fille ordinaire.
Mécanicienne, dure à cuire, elle n hésite pas à mettre les mains dans le cambouis. Et si vous la cherchez, elle se change en coyote. Un pouvoir bien pratique quand elle se retrouve plongée en pleine guerre des meutes de loups-garous, mais inefficace contre sa mère !

-----------------------------------------------------------------

Je suis une grande fan de la saga Mercy Thompson de Patricia Briggs. J'ai lus tous les romans, ainsi que les nouvelles et spin off. Alors, dés que j'ai vu qu'un comics sortait, vous pensez bien que je me suis jeté dessus ! Et je ne l'ai pas regretté un seul instant ! 
Trop heureuse de revoir ma coyote préféré ! 

Comme à son habitude, Mercy plonge dans les ennuis dés les premières pages. Nous n'avons pas le temps de nous ennuyer ! 
Entre deux batailles, nous faisons la rencontre de quelques-uns des personnages les plus importants, charismatiques et attachants de la saga (rien que ça!), comme Adam, Zee ou bien encore Stefan. Les voir, tour à tour, rencontrer Mercy et se rendre compte de ce que cela implique était très drôle. 
Vraiment, je conseille de lire ce comics après avoir dévoré les premiers tomes de la série pour savourer comme il se doit tous les petits sous-entendus et les clins d’œil à la série de livre. 
Et pour danser sans fin avec les loups ! 

Le style graphique est plutôt réussit. Il y a parfois quelques soucis de proportions mais je soupçonne l'illustrateur de les avoir fait consciemment, afin de rendre certaines créatures plus effrayantes, voir même dérangeantes pour certaines. 
Les personnages sont très expressifs et le découpage dynamique. Les planches ne sont pas surchargées de décors et d'éléments inutiles comme c'est le cas dans certains comics. Il n'y a rien à redire là dessus pour ma part. C'est fluide, beau et agréable à lire. 
C'est également un poil sanglant... un poil.

mardi 5 septembre 2017

Raconte-moi les fées


Non, assurément, Nébilé et Bibi ne sont pas des petites fées comme les autres. Ce sont des chipies qui vous entraineront dans leurs aventures fantastiques et rocambolesques.
Cupidon en a fait les frais ! Ainsi qu'un malheureux crapaud vert... Alors, les enfants et grands-enfants, êtes-vous prêts à les rencontrer ? Oui ? Magnifiques ! Car, un merveilleux voyage, dans le monde des tertres echantés, vous tend les bras.

-----------------------------------------------------------------

Il est difficile de juger correctement un livre pour enfant lorsque l'on est adulte. Scénarisée par Linda Saint Jalmes (auteur de la saga des enfants de dieux et des Croz) et illustrée par Flavia Bostjancic (en coopération avec l'auteur elle-même), ce livre est très rafraîchissant et conviendra à tous les amoureux des fées, enfants ou non. 
Et qui ne les aime pas ? 

Nous suivons les aventures de Nébilé et Bibi, deux fées très différentes et pourtant inséparables. Je vous avoue avoir un faible pour la malicieuse et adorable Bibi. Même si Nébilé est charmante, Bibi a conquis mon cœur avec ses cheveux vert et sa frimousse espiègle. 
J'ai passé un très agréable moment à voir ces deux là se chamailler et rire ensemble. Un véritable petit vent frais après une dur journée. 
Mon seul regret, est de ne pas avoir plus d'histoires sur ses deux adorables fées. 
Sans oublier M. Crapaud ! 

J'ai eu quelques difficultés avec le style de dessin
– entre la photo et la peinture – néanmoins, les couleurs chatoyantes et le découpage simple mais efficace ont rendus ma lecture agréable. De plus, quelques jeux sont à la disposition du lecteur à la fin de la BD. Coloriage, Mots mêlés et Jeu des différences amusera l'heureux propriétaire de ce petit bijoux.
Nébilé, la nouvelle Narcisse. 

vendredi 25 août 2017

Mass effect Andromeda


L'arrivée de l'Hypérion, l'arche humaine, marque le début d'une nouvelle phase pour l'humanité dans le secteur Héléus, à plus de 600 années de la Voie lactée. Toutefois, l'initiative Andromède ne se déroule pas comme prévu ; la séparation durant le voyage a créé un écart de 14 mois entre l'Hypérion, les autres arches et le Nexus. 

Vous incarnez Sara ou Scott Ryder, enfants du pionnier humain Alec Ryder. Alors que vous vous réveillez de stase, l'Hypérion percute un nuage d'énergie noir qui endommage l'arche et vous oblige à explorer l'habitat 7, l'un des mondes en or de la galaxie d'Andromède. 

C'est ici que l'aventure commence.


-----------------------------------------------------------------

Mass effect Andromeda a fait couler beaucoup d'encre depuis sa sortie. Attendu par des millions de joueurs, le jeu n'a malheureusement pas obtenu le succès qu'il méritait.
Pourquoi tant de haine ? Je ne le comprend toujours pas. Oui, le jeu comptait quelques bugs à sa sortie mais beaucoup de jeux vidéos récents ont souffert du même problème sans que personne ne les descendent gratuitement. Est-ce parce que Andromeda fait suite à une trilogie devenue mythique ?
Enfin, depuis le lancement, plusieurs patch ont été mis en place et ont corrigés les gros défauts du jeu. Les développeurs sont à l'écoute de leur communauté et c'est une qualité appréciable. Aussi, je ne parlerai ici que du jeu dans sa version final, tel qu'il est aujourd’hui.
Personnellement, je l'ai pré-commandé en version deluxe, j'y ai joué day one et... Je n'ai pas été déçue une seule fois du voyage ! Déjà, parce que je suis une grande fan de l'univers – Il était facile de me convaincre d'embarquer pour Andromède – , ensuite, parce que j'ai mis la trilogie Shepard derrière moi pour me lancer à corps perdu dans cette toute nouvelle aventure ! (Ce que beaucoup on eu du mal à faire)
On a dit non Shep !

Je ne vais pas vous mentir, mon pc se fait vieux et j'ai dû jouer en qualité moyenne/faible pour avoir un minimum de fluidité. Aussi, il me sera difficile de parler de mon expérience personnelle sur les graphismes. Néanmoins, même en basse qualité, j'ai été époustouflée par la beauté de l'environnement ! Alors, oui, certaines expressions faciales reste.. bizarre... mais cela ne concerne que quelques personnages secondaires que l'ont ne rencontre qu'une seule fois alors, personnellement, je m'en fiche totalement. Le tout reste vraiment beau visuellement et le design des personnages, des vaisseaux et des planètes est franchement une réussite !
Mon seul regret est que toutes les asaris se ressemblent... Mise à part Peebee, elles ont toutes la même tête, à quelques peintures prêt. C'est assez dommage mais cela ne m'a pas empêcher de profiter du jeu !
Même notre petite Lexi est un clone !

L'histoire commence doucement – ou plutôt, violemment – par la collision de l'arche humaine avec un nuage d'énergie noir. Suite à cela et a divers événements survenant pendant le prologue, votre Ryder – Femme ou homme, à vous de choisir – se verra endosser le rôle de pionnier/pionnière et devra alors chercher une nouvelle terre d'accueil pour les peuples de la voie lactée. Vous l'aurez compris, ce jeu est basé sur l'exploration, ne vous attendez donc pas à détruire des moissonneurs ou des dévoreurs dans des face à face épique. Ceci n'est pas le but d'Andromeda. Toutefois, tout au long du jeu, vous découvrirez que l'histoire est loin de s'arrêter là. Je ne risquerai pas de vous spoiler, sachez seulement que, sous fond d'exploration, cette aventure vous réserve de belles surprises et de sacrés rebondissements ! Et pour les sceptiques que les quêtes annexes rebutent, sachez que vous pouvez faire le jeu en ligne droite et vous concentrer sur les suppléments plus tard. Mais n'oubliez pas que vous passerait à côté de nombreuses révélations et intrigues qui influencent fortement l'histoire principale.
Ceux qui connaissent déjà les jeux bioware ne seront pas étonnés de retrouver le système de choix de dialogues lors de leur aventure. Certains d'entre eux n'auront pas d'incidences immédiates sur ce jeu (il faudra attendre la suite pour découvrir les conséquences de vos actes !) mais d'autres changeront l'opinion que vos alliés ont sur vous, ou bien, changeront certains éléments du scénario, certaines scènes et certains dialogues. Ici, pas de système conciliant/pragmatique. Les dialogues sont plus nuancés, plus subtiles.
Avec ces choix, il vous sera possible de romancer quelques-uns de vos coéquipiers, même plusieurs à la fois si vous vous sentez d'humeur libertine. Cela n'apporte rien de spéciale au jeu à proprement parler (pas de bonus de stats ou de choses de ce genre) néanmoins, romancer un personnage vous permettra de le découvrir sous un autre jour et d'avoir des scènes en plus, parfois drôle, parfois romantique, parfois... houlala ! Je vous le conseil donc fortement. Mon seul regret est que certaines romances soient moins riches que d'autres, comme reléguées au second plan...
L'histoire, le dénouement, le caractère de votre héros/héroïne, tout cela, c'est à vous de le construire. Aucun joueur de Mass effect n'a le même jeu en main, et c'est ce qui fait la force de cette saga.
Ça... et les scènes de romances, avouons-le...

Ryder est un(e) jeune explorateur/exploratrice inexpérimenté(e) dans son rôle de pionnier/pionnière. Ce sont les épreuves, les combats mais également vous, qui forgeront sont caractère au fil du jeu. Beaucoup ont trouvé son humour lourd... je l'ai trouvé plutôt drôle et rafraîchissant pour ma part. Ryder n'est pas Shepard. Ce n'est pas un vétéran du N7 ni un soldat. Elle/il sait tenir une arme grâce à ses anciens boulots, mais les reste lui viendra à force d'expérience. C'est en ceci que j'ai aimé le personnage. Il est, pour ainsi dire, vierge.
J'ai eu un peu de mal avec Cora je l'avoue. Son côté rigoureuse et ferme m'a un peu refroidie. Mais j'ai appris à la connaître et, finalement, c'est une femme très attachante et compétente, sur laquelle votre Ryder pourra toujours compter.
Liam est très drôle quoiqu'un peu trop insouciant par moment. Sa vision des choses est différente de celle des autres membres de l'équipage. Il est le seul à vouloir comprendre cette nouvelle galaxie dans son ensemble, et pas seulement comme un nouvel endroit à explorer.
J'ai tout de suite adoré Vetra ! Et non, ce n'est pas parce que je voue un culte à Garrus ! Elle n'a, en fait, rien à voir avec le caractère militaire qu'ont les turiens en général. Elle est débrouillarde et drôle, mais également légèrement distante. Ce sera à vous de briser sa carapace (métaphoriquement parlant, bien sûr).
La pétillante Peebee est tout simplement adorable. Comme beaucoup d'asari, elle est d'une grande intelligence. Ne vous fiez pas à ses allures de folles dingues de l'espace, elle a bien plus à vous raconter.
Drack est GENIAL ! L'équipe n'aurait pas pût être complète sans krogan. Il est un puits de connaissances sur les combats et un véritable grand père ronchon pour tout l'équipage. Il est aussi très drôle et, comme beaucoup de ses pairs, affreusement bourrins.
Nous en venons donc à Jaal, dernier membre de l'escouade et natif d'Andromède. J'ai tout de suite accroché à ce personnage, c'est, selon moi, l'une des meilleure romance du jeu. Il est juste, franc et n'a aucune honte de ses sentiments.
Le reste de l'équipage est constitué de Kallo, le pilote galarien nostalgique ; Suvi, la scientifique humaine et quelque peu timide ; Lexi, la médecin asari un poil trop sérieuse et Gil, le mécano humain insouciant mais terriblement compétent. Tout ce beau monde apprendra à se connaître et à s’apprécier... ou pas... encore une fois, les rennes sont entre vos mains !
Pour ce qui est des autres personnages, je ne ferai qu'un bref résumé car ils sont bien trop nombreux pour vous en parler plus en détail. Je n'ai pas apprécié les gérants du Nexus, et ce, que ce soit dans le jeu ou le roman. En revanche, certains habitants de la station comme Kesh ou Kandros sont vraiment attachants. En dehors du Nexus, il y a aussi beaucoup de figures marquantes comme Sloanne, Reyes, la Moshae, Evfra ou encore Morda. Qu'on les apprécie ou non, ils ne peuvent être oubliés. Ajoutez à cela une flopée de rebelles, soldats, scientifiques ainsi que quelques personnages clin d’œil à la trilogie, pour le plus grand plaisir des fans ; sans oublier les Kerts, affreux aliens venant d'on ne sait où et qui vous donnerons du fil à retordre.
* musique dramatique *

Le gameplay est très dynamique ! On use et abuse des micro-propulseurs que se soit en combat ou en exploration. Certains diront que Ryder a des airs de Mario mais... Hé ! Vous vouliez de la liberté ? Vous l'avez ! Avec ça, on peut donc aller n'importe où !
Le système de profil pour passer de biotique, à soldat, à techniciens, etc... est extra ! Suivant les ennemis rencontrés, on a la possibilité de switcher de l'un à l'autre rapidement. Nous ne sommes plus cantonné à un seul rôle, la liberté est total encore une fois. La visée est également bien pensé ainsi que le changement d'arme, très rapide et efficace.
Certains raccourcis ne sont pas vraiment pratique (je lance toujours le scan au lieu de l'attaque physique) mais cela peut très bien se changer via le menu, donc pas de panique.
L'ergonomie du menu m'a beaucoup rappelé la trilogie, je n'ai donc pas été totalement dépaysé. Toutefois, quelques améliorations rendent le tout bien plus intuitif.
Le voyage sur la carte galactique est réellement très immersif ! La première fois que j'y ai joué, j'étais comme une enfant devant ses cadeaux à noël, une vraie gamine. Il peut cependant paraître un peu long lorsque l'on scan toutes les planètes, mais l'animation peut être passé avec Tab donc tout va bien.
Parlons maintenant de ce qui fâche pas mal de monde : le scanner. Incroyable mais vrai : dans ce jeu d'EXPLORATION il vous sera régulièrement demander de vous servir d'un scanner ! C'est dingue non ? Plus sérieusement, certaines missions vous le demanderons mais, la plupart du temps, cela n'a rien d'obligatoire. C'est du bonus, quelques chose qui vous permettra de trouver des plans pour le crafting, ou encore des éléments d'histoires ou de codex. Bref, vous pouvez vous en passer si vous le souhaitez. Et n'oubliez pas ces longues heures à scanner mètres par mètre ces fichus planètes dans la trilogie (dans ME2 précisément) donc on lâche le gentil scanner.
Pour finir, j'aimerai dire quelques mots sur le nomade. Beaucoup de joueurs avaient détestés le Mako dans mass effect 1. Mauvaise maniabilité, véhicule partant dans tous les sens, etc... Et bien, oubliez tout ça et éclatez-vous avec ce nouveau bolide tout terrain. Il n'y a rien à redire dessus ! Il se manie bien, est rapide et en prime : On peut le customiser et l'améliorer ! À la limite, il manque quelques armes pour s'éclater mais on reste des exploration après tout.
Sans oublier les super discussions que vous entendrez à son bord !

En résumé, Mass effect Andromeda est très bon, mais il ne faut pas y jouer en espérant retrouver l'ambiance de la trilogie de Shepard. C'est un tout autre jeu, un tout autre univers et il mérite vraiment que les joueurs s'y intéressent.
Et si la vf vous rebute (ce que je peux comprendre étant donné le doublage mécanique de certains acteurs), passez en vo ! En plus, les angaras ont tous des accents terriblement sexy en vo !(qui disparaissent en vf... snif, Adieu l'accent écossais de Jaal... )
Il faut également gardé en tête qu'il n'est que le début d'une toute nouvelle aventure. Il pose les bases de ce qui sera, j'en suis certaine, une nouvelle épopée palpitante.
Je suis parée pour de nouvelles aventures !

-----------------------------------------------------------------


-----------------------------------------------------------------



5 points positifs :
- Les personnages
- Le gameplay
- Les graphismes
- L'univers
- L'histoire




5 points négatifs :
- Le visage des asaris
- Certains doublages « robotique » (même en vo)
- Le manque d'accent des angaras en vf
- Certaines romances trop « faible »
- L'attente avant le prochain !




jeudi 24 août 2017

Tales of Vesperia


"Une lutte pour le pouvoir s'engage entre une civilisation dépendante d'une technologie antique et l'Empire qui la détient. Deux amis, ayant suivis des chemins différents, vont se retrouver pour préserver l'existence de leur monde."



-----------------------------------------------------------------

Tales of Vesperia est le 7ème « Tales of » que je termine.
Je ne peux pas dire que je n'ai pas aimé ce jeu, néanmoins, on m'en avait dépeint un tableau tellement parfait, que ses défauts m'ont parfois (souvent) gâché mon plaisir.
Vous l'avez compris, cette critique n'est pas objective. Je l'écris juste après avoir fini le jeu, avec ma frustration encore à son paroxysme.
C'est parti !

Pour commencer sur une note positive, parlons des graphismes. Dans l'ensemble, le jeu est vraiment beau. Les personnages font moins « enfantins » que dans Tales of symphonia tout en gardant leur aspect « mangas », la map est plutôt simple mais les lieux que l'ont visite sont vraiment jolis et l'on regrette vite de ne pouvoir en voir plus (je pense notamment à certaines villes comme Halure ou Zaphias). J'ai particulièrement aimé le soin apporté aux expressions du visages. Simple mais efficace.
Je regrette un peu le mélange 3D/dessins animés des cinématiques qui m'ont quelquefois légèrement dérangé, mais l'ensemble reste plutôt beau.
Ça jure tout de même un peu avec le paysage...

Pour ce qui est de l'histoire, je suis plutôt mitigée en réalité.
En finissant le jeu, j'ai eu l'impression de n'avoir eut droit qu'à la moitié du contenu (J'ai pourtant fais pas mal de quêtes annexes.). Certaines intriguent méritaient un traitement plus approfondies comme la guerre sévissant sur ce monde il y a dix ans. Seulement dix ans et personne n'en parle, excepté lorsque cela sert l'intrigue. Pareil pour les Entelexeia ou les enfants de la pleine lune. Tout cela est survolé avec de brèves explications pour servir l'histoire mais ça s'arrête là. C'est dommage, cette histoire est pourtant un peu plus sombre et adulte que les autres tales of, mais il manque quelques chose.
Les personnages trouvent également des solutions aux problèmes avec une facilité déconcertante. Avoir un petit génie dans son équipe permet en effet de trouver des plans tous plus astucieux les uns que les autres, sans fausses notes. Tout est trop bien ficelé.
Soit un peu plus bête Rita, ce serai cool.

Passons maintenant aux personnages.
Yuri est un héros différent des autres. Doué en tout mais le dissimulant à merveille, il préfère rester dans l'ombre et ses répliques sarcastique m'ont beaucoup fait rire. Il aime taquiner les autres mais reste là si ils ont besoin, discrètement.
Repede est excellent ! Mais malheureusement, trop peu présent dans les discussion... Normal me direz-vous, étant donné qu'il ne parle pas réellement, mais tout de même, il méritait mieux. Le fait qu'il soit doublé par un humain est aussi assez étrange, mais cela n'est que mon ressentit de fanatique de loup qui aurait adoré l'entendre hurler à la lune !
Estelle en revanche, est quelque peu ennuyante. Sa manie de toujours douter peut facilement énerver ainsi que sa tendance à toujours n'en faire qu'à sa tête et de changer de direction toutes les cinq minutes.
J'ai eu du mal avec Karol au début, mais c'est certainement le personnage qui évolue le plus au fil du jeu. Petit garçon peureux mais plein de volonté, je me suis finalement beaucoup attaché à lui.
J'ai beaucoup aimé le côté ermite colérique de Rita. En revanche, comme dit plus haut, son rôle se résume à trouver les solutions pour sauver le monde, ce qui est dommage. Elle est douée pour ça, mais j'aurai bien aimé que son histoire soit plus approfondie. Néanmoins, ses moments avec Estelle et Judith sont plutôt sympas.
Raven est un personnage très intéressant... à partir du milieu de l'histoire. Avant cela, je ne comprenais vraiment pas pourquoi il était là. D’ailleurs, aucun des membres du groupe ne comprend pourquoi également. Malgré tout, il devient l'un des meilleurs personnage du jeu, même si je regrette son traitement à la toute fin.
Judith est sous exploitée. C'est pourtant un personnage avec un background intéressant mais l'histoire ne se focalise que sur son obsession des Blastias (un peu comme Rita finalement.)
Ensemble, ce groupe étrange à du mal à faire mouche. Durant plus de la moitié du jeu, on ne comprend pas vraiment la raison qui les pousse à rester ensemble. Certains font pas mal d'aller retour comme Rita et Raven, d'autre ne suive Yuri que pour des raisons insipide, comme Estelle et Karol. Finalement, ils arrivent à avoir une certaine cohérence mais cela prend un peu trop de temps à mon avis.
Pour ce qui est des autres personnages, ils sont... oubliables pour la plupart. Flynn est intéressant (quoique plus plat que dans l'anime) mais les autres ne sont là que pour leur rôle et non leur personnalité. Même l'antagoniste ne fait que quelques apparitions pour finalement voir son histoire raconté par un autre. Il me semble même que c'est le personnage avec le moins de texte de tout le jeu, c'est dire. Néanmoins, je l'ai plutôt apprécié et, étrangement, j’aurai préféré suivre son histoire et utiliser sa solution pour sauver le monde plutôt que celle des héros.
Il est aussi dommage de voir l'absence de Patty Fleur, personnage exclusif à la ps3... jamais sortit en France...
Elle est toute mignonne pourtant !

Venons-en au gameplay. L'ensemble est vraiment bien. Des idées intéressantes comme le système de coup fatale et les artes explosifs qui ajoutent des attaques plutôt impressionnantes et/ou dévastatrices. Ou encore le fait d'apprendre les compétences grâce aux armes et à la synthèse, ce qui oblige le joueur à explorer l'univers à la recherche des armes et matériaux nécessaires à l’apprentissage des compétences comme les artes mystique propres à la saga ou des bonus de stats, etc...
Les raccourcis sont également simple à utiliser et les combat fun et dynamique, que ce soit à un ou à plusieurs. Même si je regrette un peu le systéme de stratégie plus poussé des autres jeux de la saga, force est d'admettre que l'intelligence artificielle fait correctement son travail.
Le déplacement sur la map est très agréable et fluide, à pied, en bateau ou en volant (ce qui arrive extrêmement vite je trouve. Tant mieux ! ). Le système jour/nuit et la météo qui changent l'environnement et les monstres est aussi vraiment sympas.
En revanche, Les combos mettent un peu longtemps à se mettre en place. J'entends par là que, le temps que Yuri remette son épée derrière lui pour repartir au combat, l'ennemi en face à le temps de le poutrer, ce qui est souvent assez frustrant. Il faut apprendre à gérer les combos et la garde en évitant de bourriner pour espérer ne pas trop prendre de dégâts... ce que je n'ai absolument pas l'habitude de faire dans un « Tales of ».
De plus, les ennemis de base, ne font gagner que trop peu d'xp pour le temps que l'on passe à les battre (2 à 5min pour un petit groupe... c'est trop long!).
Le Hors limite est très intéressant, néanmoins, là où l’ennemi possède une espèce de bouclier sous ce mode, nos personnages, eux, peuvent voir leurs enchaînements brisés par l'attaque des adversaires et ainsi voir sa jauge se vider sans faire le moindre dégâts.
Tout ceci handicap fortement pour les affrontements de boss. En effet, on se rend vite compte qu'il est OBLIGATOIRE de farmer les monstres pendant DE LONGUES HEURES pour espérer réussir à finir le jeu sans s'arracher les cheveux.
Pour finir, j'aimerai parler des quêtes annexes. Très nombreuses, mais souvent inintéressantes et surtout, pas du tout intuitif ! Là où les autres « Tales of » donnent des indices pour nous faire comprendre qu'il y a quelques chose à creuser, ici, pour déclencher des scènes, il faut que le joueur retourne sans arrêt dans les lieux déjà visiter, dormir à l’hôtel ou encore sous une tente, attendre qu'il fasse nuit ou que le vent se lève, récupérer 10 000 000 de Gald ou fuir l'ennemi plus de 50fois, … et j'en passe... Sans oublier la 3ème forme du boss de fin, déblocable UNIQUEMENT grâce à une quêtes annexe et avec 20 niveaux de plus que ces deux précédentes formes. Vraiment, c'est un choix étrange...
Finalement, sur 75h de jeu, j'ai du passer 50h rien qu'en farm et en aller retour... Tout ceci pour des livraisons ou quelques scènes rigolotes mais affreusement courte !
Ou encore des révélations de malade sur Judith qui auraient dû être dans le scénario principal...

Pour conclure, je dirais que c'est un bon jeu mais qui est loin d'être le meilleur de la saga comme beaucoup me l'avait affirmés. Malgré de bonnes idées, le tout est quelque peu gâché par une difficulté trop irrégulière et une histoire manquant de profondeur. Préparez-vous donc à des heures de farm et à refaire le jeu au moins une fois en news game + pour en profiter pleinement.
Préparez-vous aussi à rager un peu... un tout petit peu...

-----------------------------------------------------------------

 5 points positifs :
- Les personnages principaux
- Le gameplay
- Les graphismes
- Les dialogues
- Le ton plus « mature »

5 points négatifs :
- L'histoire incomplète
- la difficulté en dent de scie
- La plupart des quêtes annexes
- le farm obligatoire
- Les personnages secondaires


lundi 14 août 2017

Mass effect Andromeda - la révolte du nexus


Endormis pendant des siècles à bord de leur vaisseau, les colons ont rêvé d’un nouveau foyer au cœur de la galaxie d’Andromède. Mais lorsqu’ils s’éveillent enfin, leurs espoirs volent en éclats. Turiens, Galariens, Asari et Humains se retrouvent soudain face à des dangers qui surpassent leurs pires cauchemars.

Le Nexus, pivot de l’exploration de leur nouvelle colonie, a subi des dégâts critiques avant même l’arrivée des arches. La mission compromise, la chef de sécurité Sloane Kelly doit rétablir l’ordre dans la station et identifier au plus vite la nature de la menace qui pèse sur ses résidents.

Son échec sonnerait le glas de l’Initiative Andromeda.

-----------------------------------------------------------------

Mass effect est juste mon jeu vidéo préféré ! J'ai refais la trilogie encore et encore sans jamais me lasser, et j'ai embarqué avec plaisir dans une nouvelle galaxie avec Mass effect Andromeda ! Avant de lire le roman, j'ai fini deux fois le jeu. Mais, pour ma troisième partie, il me fallait plus d'éléments pour me décider sur un choix crucial du jeu ! C'est pourquoi j'ai abandonné Jaal pour m'installer dans la canapé, mon livre à la main. 
Désolé mon petit Jaal, je reviens vite, promis ! 

Le roman nous plonge donc un peu plus d'un an avant le jeu. Nous y retrouvons quelques personnages du jeu, et en rencontrons d'autres, inédits. En tout honnêteté, mise à part Kesh et Kandros, je n'ai pas retrouvé les autres personnages avec plaisir... Vraiment, les dirigeants du Nexus sont aussi insupportables dans le livre que dans le jeu ! Il y a des choses que l'on ne peut pas changer... Néanmoins, ils ont le mérites de tout tenter pour mener à bien une mission qui semble perdue dés les premiers chapitres. 
En effet, le beau rêve de Jien Garson se voit très rapidement mis à rude épreuve lorsque le Nexus entre dans Andromède. Tout au long du roman, nous suivons les dirigeants ainsi que quelques citoyens, se battre pour leur survit au sein d'une galaxie qu'ils ne connaissent pas. Aucun retour en arrière n'est possible ! Et j'ai beaucoup aimé cet aspect du roman. Il n'est pas question ici de premier contacts (même si je regrette un peu les angaras, snif ), de combats spatiaux ou autres événements spectaculaires de space opéras. Non, ici, il n'est questions que de survit. Certains trouveront peut être cela ennuyant mais, en ce qui me concerne, j'étais curieuse de savoir comment ils allaient faire pour s'en sortir, qu'est-ce qui déclencherai la révolte, comment cela se déroulerait-il ? Et tout ceci, même en connaissant la fin de l'histoire en avance (le jeu n'est qu'un gros spoil ! ). Mais connaître la fin est aussi très frustrant, dans le sens où j'ai eu bien plus de peine pour les personnes réveillées, ainsi que pour les mutins... car je savais que tout ceci n'étais qu'un horrible gâchis. 
Coucou madame l'arche ! 

Comme je l'ai déjà dit, j'ai retrouvé avec plaisir Kesh et Kandros, même si ce dernier est un peu effacé. Kesh est certainement la krogane la plus géniale de cette nouvelle galaxie ! 
En revanche, Sloanne, Tann et Addison sont vraiment des imbéciles et ma lecture n'a fait que confirmer ce fait ! Mensonges, cachotteries, disputes, … Il suffirait pourtant qu'ils fassent la part des choses pour tout arranger mais non ! Ce sont trois tête de mules qui sont à la tête de la station pour sauver la situation... autant vous dire que le Nexus est mal partit... Néanmoins, j'ai tout de même plus appris d'eux et cela ne m'a pas déplut. J'ai eu l'occasion de voir leurs réactions à divers moments qui m'ont éclairé sur leur véritable caractère... et cela va beaucoup m'aider pour ce choix si difficile à faire dans le jeu ! 
J'ai pris également beaucoup de plaisir à découvrir les nouveaux personnages comme Calix et son équipe ! (non, le fait que ce soit un turien n'a rien à voir là dedans ! ). 
Tu me manque Garrus :'( 

La révolte du Nexus est un très bon préquel du jeu Mass effect Andromeda. Même si ces événements ont été expliqués plus d'une fois dans le jeu, cette fois-ci, nous les vivons de l'intérieur. Nous ressentons la peur, le désespoir, la colère, … Ce qui rend la situation critique du Nexus encore plus réel. 
En revanche, je ne sais pas si une personne non-initiée pourra prendre plaisir à cette lecture. Plusieurs éléments sont cités sans aucune explications ni descriptions comme les races, la technologie, etc... 
Je conseille donc fortement ce livre aux joueurs de Mass effect et conseil aux non joueurs de se documenter un peu sur l'univers avant de se plonger dans le livre, pour une meilleur compréhension. 
Sur ce, je retourne dans Andromède !